Méditation et ReiKi

Lorsque qu’on choisit de pratiquer le ReiKi, on ne peut faire abstraction de la pratique de la méditation.
Mikao Usui demandait à ses élèves de pratiquer Gacho. Une méditation très rependue au Japon qui consiste à s’agenouiller en Seiza et à joindre les mains l’une contre l’autre au niveau de la poitrine. Puis à se concentrer sur nos deux majeurs pendant 20 minutes, le matin et le soir.

La position Seiza signifie littéralement « assise correcte ».
Pour se mettre en Seiza, un genou doit se mettre au sol puis l’autre. En général, c’est le gauche qui est posé en premier.
Le dos reste droit, ni ferme, ni bloqué pour permettre une assise longue et confortable.
Les orteils des deux pieds restent soit collés les uns aux autres, soit les uns au-dessus des autres.

Cette position n’est pas très naturelle pour nous. Et si elle est inconfortable, il ne faut pas hésiter à s’asseoir en tailleur. Mais sans oublier de garder le dos droit.

Ce qui est important, c’est de joindre ses mains en se concentrant sur la pression qu’exerce ses doigts l’un contre l’autre. Et lorsqu’une pensée vient traverser son esprit, il suffit d’exercer une nouvelle pression sur ses majeurs afin de se rappeler son point de concentration.

Quoi qu’il en soit, l’important, c’est de méditer…

Méditer, c’est être concentré sur une seule et même chose.
On médite lorsqu’on fait du jogging et qu’on est concentré sur ses mouvements. Lorsqu’on fait la cuisine et qu’on est centré sur ce que l’on fait, et rien que sur ce que l’on fait.
Observer un coucher de soleil et s’enivrer de sa beauté. Écouter le chant des oiseaux au petit matin ou les rires d’un enfant lorsqu’il joue, c’est de la méditation.

Ce qu’il faut, c’est apprendre à maîtriser son esprit sur l’instant présent et de faire abstraction de tout le reste.

Bien sûr, il faut de l’entraînement et on n’y arrive pas tout de suite. Et c’est pour ça que c’est un art.
Tout art à besoin d’être pratiqué jusqu’à la maîtrise pour trouver son essence.

Laisser un commentaire